Tunisiennes d’aujourd’hui
نساء الجيل الجديد

Accueil > Français > Femmes et société civile > La Tunisie des années lumière

La Tunisie des années lumière

samedi 8 mars 2008

Peut on dire que la Tunisie des années 80 a plus de lumière qu’aujourd’hui ? Le caricaturiste tunisien Marchaoui, célébrait à sa manière et avec les militants et militantes de la centrale syndicale UGTT, la Journée Internationale de la Femme, journée haute en couleurs et riche en activités culturelles et politiques des partis politiques qui venaient d’avoir accès à l’espace public.

Par ses caricatures, Marchaoui renoue, par le pinceau et le crayon, avec l’esprit humouristique, critique et incisif du journaliste et écrivain Ali Douagi, du chanteur populaire Salah Khémissi et d’autres encore durant les années 30-40-50.

Mise à jour 15-11-2008

Cet article est resté longtemps "inachevé" car l’idée essentielle derrière ce titre est de montrer que le féminisme n’est pas une réplique toute nouvelle aux mouvements salafistes, mais bien au contraire, il fait partie intégrante et -importante s’il faut insister- du mouvement "el islah", mouvement moderniste qui a commencé à agir profondément sur la société tunisienne dès le début du 20ième siècle et notamment dans les années 30, aux lendemains de la première guerre mondiale.

Le film récent de Fadhel Jaziri veut justement nous faire découvrir cette période qu’on peut sans complexe appeler les années Lumière de la modernité tunisienne.

Ci dessous, un article de Baccar Gherib, paru dans le journal hebdomadaire "attariq aljadid", nous donne une analyse de ce film.

Cet article n’est pas achevé. Il est toujours en construction et ouvert à toutes les bonnes volontés...


Thalatoun

Aux origines de notre modernité

Le film Thalatoun, de Fadhel Jaziri, est l’occasion, pour beaucoup d’entre nous, de découvrir une période clé de notre histoire récente. En effet, les années trente du siècle dernier ont été, en Tunisie, une période d’effervescence qui a vu se développer, aux côtés d’un incontestable dynamisme intellectuel, l’éveil des Tunisiens à la conscience syndicale et politique et, d’une façon plus générale, à la modernité.

Le film nous présente, ainsi, une galerie de personnalités d’exception dont l’œuvre et l’action ont participé à façonner les principaux traits de la Tunisie indépendante et, donc, d’une certaine manière, de notre présent. Parmi les principaux protagonistes de l’époque, il choisit de s’intéresser à un trio d’amis inséparables : Aboulkacem Chebbi, le poète, Ali Douagi, l’écrivain et nouvelliste, et Tahar Haddad, le penseur de l’émancipation des travailleurs et des femmes. C’est ce dernier qui est la figure centrale du film en tant qu’acteur et/ou témoin privilégié des principaux épisodes intellectuels, syndicaux et politiques de cette période – de la fondation de la Confédération Générale Tunisienne du Travail avec Mohamed Ali Hammi à l’accueil fait à imra’atouna fi ech-charîaa wal mojtamaa en passant par le congrès eucharistique de Tunis et les événements du Jellaz.

Abul kasem al Chabbi

Et c’est avec un œil bienveillant et complice que le réalisateur filme les aventures du poète, de l’écrivain et, surtout, du penseur, montrant par ce choix qu’il accorde plus d’importance, dans son approche de cette « période matrice », au rôle joué par les artistes et les intellectuels qu’à celui – pourtant important – joué par les politiques, aussi habiles fussent-ils. Et les politiques ne sont pas, il est vrai, présentés sous leur plus beau jour. Tahar Haddad
C’est surtout le cas de Mouhieddine Klibi qui est, dans le film, de tous les combats d’arrière-garde et qui apparaît, ainsi, comme le chantre du conservatisme. Son image en sort fortement écornée. C’est le cas aussi, mais à un degré moindre, du jeune Habib Bourguiba présenté sous les traits du politicien opportuniste – « prêt à se salir les mains, s’il le faut » pour atteindre ses objectifs – et pragmatique – il ménage les sentiments religieux du peuple, pour mieux les utiliser.

Au contraire, A. Chebbi, poète génial fortement épris d’une jeune beauté russe, et A. Douagi, écrivain talentueux et ami fidèle, ressortent, eux, comme des personnalités sympathiques et attachantes. Hammi et Haddad, quant à eux, sont les plus admirables, eu égard au lourd tribut qu’ils ont payé pour défendre leurs convictions progressistes, l’un, face au colon, l’autre, face à une société réfractaire et hostile. Ces derniers apparaissent alors comme les vrais héros de cette époque fondatrice, les vrais héros de notre modernité. Mohamed Ali El Hammi

C’est là que réside, à notre avis, un des grands mérites de ce film qui a d’incontestables vertus pédagogiques sur le lien entre notre pays (et donc notre identité) et la modernité. A l’heure où le repli identitaire fait percevoir les acquis de cette modernité comme des corps étrangers, à l’heure où ses conquêtes semblent menacées par certains courants conservateurs qui rêvent de prendre une revanche historique, ressusciter cette mémoire équivaut à ressusciter l’espoir.

Car cette terre qui, à un moment de son histoire, a enfanté une telle avant-garde capable de mener à bien des luttes et des combats bien improbables, devrait pouvoir abriter les héritiers à même d’apprécier ce legs et de le défendre. Le public, où les jeunes étaient nombreux, ne s’y est pas trompé, qui a fortement applaudi à la fin de la représentation. Le film a réussi à les toucher. De ce point de vue, Thalatoun est, aujourd’hui, une œuvre essentielle et salutaire !

Baccar Gherib

Portfolio

Tahar Haddad Mohamed Ali El Hammi Aboul kacem Chabbi Habib Bourguiba
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose