Tunisiennes d’aujourd’hui
نساء الجيل الجديد

Accueil > Français > Modèles de société > Noureddine Sraieb nous présente Tahar Haddad

Islam, réformisme et condition féminine en Tunisie :

Noureddine Sraieb nous présente Tahar Haddad

mercredi 27 août 2008

Noureddine Sraieb

Résumé

Tahar Haddad (1898-1935), militant politique et syndical, ancien élève de l’Université de la Zitouna de Tunis fut aussi un des militants actifs pour l’émancipation de la femme tunisienne musulmane. A ce titre, il occupe une place importante dans l’histoire des idées sociales et politiques en Tunisie.

JPEG - 9.1 ko
Tahar Haddad

Ses propositions en faveur de la condition féminine en Tunisie qui furent condamnées, alors, par les éléments conservateurs furent prises en considération lors de la promulgation du Code du statut personnel, en août 1956. Ce sont ces propositions que nous avons tenté de présenter au lecteur, dans cette contribution en nous référant aux textes de T. Haddad sur cette question et à ses Pensées.

Abstract

Tahar Haddad, the political militant, trade unionist, and alumnus of Zitouna University in Tunis, also militated actively for the emancipation of the Moslem woman in Tunisia. Consequently, he played an important role in the history of Tunisian political and social thought. His proposals about women, although condemned by some conservatives, were taken into consideration when the Personal Status Code was promulgated in August 1956. In this article, we present his proposals, referring to his writings about them and to his published Pensées.

Pour citer ou pour consulter cet article en texte intégral :

Noureddine Sraieb, « Islam, réformisme et condition féminine en Tunisie : Tahar Haddad (1898-1935) », Clio, numéro 9/1999, Femmes du Maghreb,

Mis en ligne le 21 mars 2003. URL : http://clio.revues.org/document285.html

Consulté le 27 août 2008.


Noureddine Sraieb est né le 14 novembre 1936 à Zarzis et y est décédé le 17 Février 2005. Il avait passé l’essentiel de sa carrière de chercheur au CNRS à Aix-en-Provence, au sein de l’Institut de recherche et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM).

Il s’était également beaucoup investi dans l’enseignement et l’encadrement de mémoires de recherche, à l’université de Provence, mais aussi à l’université de Nancy 2, où il avait été détaché deux ans (1999-2001) comme professeur.

Ses premiers travaux portèrent sur l’enseignement en Tunisie et au Maghreb depuis les indépendances, avec un intérêt particulier pour les nouvelles élites et leur formation dans les établissements d’enseignement moderne, comme le collège Sadiki, auquel il consacra sa thèse et dont il était lui-même ancien élève. À partir de cette première interrogation, Noureddine Sraieb a mené une série de questionnements sur l’histoire sociale et culturelle de la Tunisie, abordant des thèmes comme le féminisme, les réseaux de sociabilité ou les élites politiques. Au sein de l’IREMAM, il a été un des artisans de l’Annuaire de l’Afrique du Nord et de la Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée (ROMM).

Bibliographie sélective de Noureddine Sraieb :

- Colonisation, décolonisation et enseignement : l’exemple tunisien, Tunis, CNRS, Institut national des sciences de l ’éducation, 1974, 334p.
- Tahar Haddad, ’Les Pensées et autres écrits (traduction), Oran, CRIDSSH, 1984, 158p.
- Une institution scolaire : le Collège al Sadiki de Tunis. Essai d’histoire sociale et culturelle, Thèse de doctorat d’État, Paris 3, septembre 1988, 627 p.
- Enseignement et nationalisme : le Collège al-Sadiki de Tunis (1875-1956), Paris-Tunis, CNRS, Éditions Alif, 1995, 346p.
- Mohammed el-Fadhel Ben Achour, Le mouvement littéraire et intellectuel en Tunisie au XIVe siècle de l’Hégire - XIXe-XXe siècles (traduction), Alif-Éditions de la Méditerranée, 1998
- Anciennes et nouvelles élites du Maghreb, Alger-Tunis-Aix-en-Provence, Inas-Cérès-Édisud, 2003, 328p.

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose